Kim Il-sung

Kim Il-sung est un nom chinois, coréen, khmer ou vietnamien ; le nom de famille, Kim, précède donc le prénom.

Kim Il-sung (15 avril 1912-8 juillet 1994) a été le fondateur et le premier dirigeant de la Corée du Nord de 1948 jusqu'à sa mort.
Kim Il-sung a occupé les postes de Premier ministre de 1948 à 1972 et de président de la République à partir de 1972, mais la réelle source de son pouvoir était son poste de Secrétaire général du Parti des ouvriers coréens ou Parti du travail de Corée.

Sommaire

  • 1 La résistance au Japon
  • 2 Modernisation économique et indépendance politique
  • 3 Le culte du Grand Leader
  • 4 Notes

Kim Il-sung

Image:Kim-il-sung Kim-jong-suk Kim-jong-il.jpg

Hangûl :

???

Hanja :

???

Romanisation révisée :

Gim Il-seong

McCune-Reischauer :

Kim Il-song

La résistance au Japon

Né sous le nom de Kim Song-ju, Kim Il-sung a adopté son nom actuel dans la résistance à l'envahisseur japonais. Il s'affirme dès les années 1930 comme un des principaux dirigeants de la guérilla communiste, active notamment en Mandchourie[1]. Il rencontre dans les combats de la résistance son épouse Kim Jong-suk, qui est également la mère de l'actuel dirigeant de la Corée du Nord Kim Jong-il.

Modernisation économique et indépendance politique

Après la guerre de Corée (1950-1953), la Corée du Nord a reconstruit rapidement son économie en s'industrialisant "au rythme de Chollima", le cheval ailé des légendes coréennes qui parcourait 1 000 li par jour. Le taux de croissance économique, estimé à plus de 10 % par an dans les années 1960, se ralentit ensuite puis devient négatif au début des années 1990, sous l'effet de la disparition des démocraties populaires en URSS et en Europe de l'Est qui prive la Corée du Nord de ses partenaires traditionnels.
Article détaillé : Économie de la Corée du Nord.
Kim Il-sung a défini la diplomatie nord-coréenne selon une politique d'équilibre et d'indépendance à l'égard de ses deux puissants voisins communistes, la Chine et l'URSS, ce qui a longtemps contribué à lui donner une image meilleure que celle d'autres dirigeants socialistes auprès des chefs d'État et de gouvernement occidentaux. [2] (voir l'article détaillé sur les relations franco - nord-coréennes). Conformément à cette volonté d'indépendance, les troupes soviétiques ont quitté la Corée dès la fin de l'année 1948 et la Corée du Nord n'a jamais adhéré au COMECON.
Dès 1960 puis à nouveau en 1972, Kim Il-sung a effectué des propositions en vue d'une réunification pacifique de la Corée finalisées dans le projet d'une "République confédérale démocratique de Koryo", consistant à proposer (selon une formule pouvant être comparée à celle aujourd'hui envisagée pour la Chine et Taïwan) un seul État pour deux systèmes (voir l'article détaillé réunification de la Corée).
Sa mort, survenue lors d'une attaque cérébrale, a donné lieu à d'immenses scènes de pleurs dans toute la Corée du Nord souvent interprétées comme surréalistes en Occident. Les récits des réfugiés nord-coréens témoignent toutefois de l'affection sincère des Nord-Coréens envers leur président.[3]

Le culte du Grand Leader

La vénération dont Kim Il-sung a été et est toujours l'objet en Corée du Nord s'inscrit dans une filiation confucéenne qui a déifié les empereurs de Corée et affirmé le principe du respect de l'autorité, des pères et des maîtres. Ce "respect", selon le terme utilisé par les Nord-Coréens, est aussi interprété par les Occidentaux comme un culte de la personnalité propre au stalinisme. Tous les Nord-Coréens portent le badge du Grand Leader. Son portrait orne l'ensemble des bâtiments officiels et est accroché dans tous les logements privés en Corée du Nord.
Le « Grand Leader » a reçu le titre posthume, en 1998, de « Président éternel ». Il est le père de l'actuel chef du pays, Kim Jong-il, « le cher dirigeant » : la Corée du Nord constitue ainsi le seul cas à ce jour d'une succession dynastique dans un Etat se réclamant du socialisme, et plus précisément des idées du juche définies par le président Kim Il-Sung.
L'ère officielle pour la datation des actes, en Corée du Nord, débute à sa naissance en tant qu'année d'origine de l'ère juche. L'ère juche débute au 1er janvier et non au 15 avril, date anniversaire de la naissance du président Kim Il-sung qui est l'une des fêtes nationales de la Corée du Nord.
Une orchidée a été baptisée Kimilsungia par référence au président Kim Il-sung.

Notes

  1. ^ Les historiens nord-coréens retiennent la date plus ancienne de 1926, date de la fondation par Kim Il-sung de l'Union pour abattre l'impérialisme (UAI), comme marquant l'entrée du jeune Kim Il-sung dans la guérilla anti-japonaise.
  2. ^ En 1981, François Mitterrand, alors premier secrétaire du Parti socialiste, avait ainsi effectué un voyage en Corée du Nord pour renforcer sur la scène internationale sa stature de candidat à l'élection présidentielle. La France n'a toutefois pas établi de relations diplomatiques avec la Corée du Nord après 1981 et elle reste à ce jour le seul État de l'Union européenne, avec l'Estonie, à ne pas reconnaître la République populaire démocratique de Corée.
  3. ^ Dans un récit de recueil de témoignages auprès de plusieurs dizaines de Nord-Coréens, notamment réfugiés en Chine et en Corée du Sud, les journalistes Juliette Morillot et Dorian Malovic, chef du service "Asie" au quotidien La Croix, soulignent que « Tous [les Nord-Coréens rencontrés] éprouvent une grande nostalgie des années Kim Il-sung. Un "Grand Leader" aimé et pas seulement "vénéré aveuglément", comme on voudrait trop nous le faire croire, un Grand Leader qui au lendemain de la guerre a transformé aux yeux de toute une génération un pays pauvre et détruit en un pays où chacun avait de la nourriture, un toit, un métier, l'accès à l'éducation : la République populaire démocratique de Corée » (extrait d'"Évades de Corée du Nord, Belfond - Presses de la Cité, novembre 2004, pp. 11-12).

 

Publié sous GNU Free Documentation License. "Kim Il-sung." Wikipédia, l'encyclopédie libre. 22 juillet 2006, 19:28 UTC. 30 juillet 2006, 17:35 <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Kim_Il-sung&oldid=8843525>.

bottom

Copyright 2005 - 2017 © Dictateurs.com